Stéphane Couturier

Alger, Climat de France

Exposition du mercredi 12 novembre au vendredi 12 décembre 2014
vernissage le 18 novembre à partir de 17 h

Climat de France

Lauréat du prix Niepce en 2003, Stéphane Couturier est un artiste rare. Depuis maintenant presque vingt ans, il s’est attaché à construire une œuvre dédiée à la représentation des villes et à leurs transformations. Avec talent, il s’est inscrit plastiquement dans une réflexion contemporaine sur l’homme, son rapport au lieu et au temps, reprenant à son compte les différentes mutations de l’espace urbain théorisées dès les années 1980 par Paul Virilio et Jean Baudrillard. Ses photographies résistent à toute banalité, à toute interprétation, à toute connotation pour faire interruption, parfois même dans la démesure et une certaine étrangeté, dans la sphère du réel et de son actualité.

Stéphane Couturier, pour l’élaboration de ses photographies, travaille à la chambre sans aucun trucage, jouant de la frontalité, de la couleur et du grand format, pour donner plus de sens à un scénario symbolique qu’il tisse au cœur des métropoles. Les premières séries – Archéologies urbaines (1995-1998) et Monument(s) 1999-2002 – vont laisser place au début des années 2000 à des images de lotissements résidentiels au Mexique et aux États-Unis (Landscaping, 2001-2004) pour s’intéresser, dès 2006, aux grands architectes du siècle dernier : Le Corbusier et l’Inde avec la série Melting Point - Chandigarh, 2006-2007, Lucio Costa et Oscar Niemeyer Brasilia, avec Brasilia (Melting Point - Brasilia, 2007-2010).

L’an dernier, dans le cadre de Marseille 2013, Stéphane Couturier s’est penché sur les réalisations de la première moitié du XXème siècle dans la cité phocéenne de l’architecte Fernand Pouillon. Très vite, il établit un parallèle avec une autre cité réalisée par l’architecte français : à Alger, Reflet de France est une véritable ville construite dans les années 1950 au-dessus du quartier de Bab el Oued. Cet immense ensemble, qui abrite plus de 50 000 habitants, est aujourd’hui un espace morcelé : celui de la ségrégation croissante des ghettos urbains, de la relégation des quartiers, de la pauvreté, des classes défavorisées.

Ce nouveau travail marque à la fois une continuité et une rupture avec ces dernières séries. Une continuité, car il porte sur un ensemble architectural et urbain, une rupture, car Stéphane Couturier délaisse la photographie pour s’emparer de la vidéo. Car contemporain de son époque, l’artiste ne pouvait se résoudre à utiliser un seul médium même si l’image sous toutes ses formes – statique ou animée – n’est que le prolongement d’une réflexion plus théorique sur l’agencement des métropoles modernes.

C’est une partie de ce travail montré cet été à Toulon à l’Hôtel des Arts, centre d’art du Conseil Général du Var, que présente, du mercredi 12 novembre au 12 décembre 2014, la galerie Michel Journiac. Oubliant la rectitude du format photographique, Stéphane Couturier a choisi pour enrichir son vocabulaire de reproduire le grouillement de la cité à travers une seule photo courant sur un papier mural de 23 mètres environ en continu, complété par des vidéos et des images fixes.

Stéphane Couturier, avec cette série, nous incite et nous force à regarder les brèches et les aspérités des explosions urbaines du XXIème siècle et de ses populations. Mais aussi à entrer en emphatie avec les déracinements du siècle.

Site de Stéphane Couturier

Site de la galerie Polaris

  • JPEG - 40 ko
    vue de l’exposition
  • JPEG - 23.2 ko
    vue de l’exposition
  • JPEG - 89.9 ko
    Alger, Climat de France, facade
  • JPEG - 35.3 ko
    vue de l’exposition
  • JPEG - 28.5 ko
    vue de l’exposition