Tania Mouraud

Fantômes

exposition

du 9 octobre au 30 octobre 2012

Dès la fin des années soixante, le travail de Tania Mouraud s’est inscrit dans une pratique questionnant les rapports de l’art et des liens sociaux en utilisant différents médium : peinture, installation, photo, son, vidéo, performance, etc. Elle propose de rajouter dans nos appartements standard une chambre de méditation (1968). Elle affiche dans l’espace public sur les panneaux 3 x 4 m son désaccord avec une société glorifiant l’avoir au dépend de l’humain (1977), Elle réfléchit sur les rapports décoratifs de l’art et de la guerre, sur les limites de la perception avec l’aide de l’écriture en créant des « mots de forme »(1989). A partir de 1998, elle utilise la photo, la vidéo et le son dans une forte relation à la peinture pour questionner différents aspects de l’histoire et du vivant.

En regard des œuvres présentées dans l’exposition, Alma Saladin (étudiante en Master 2 Sciences et Techniques de l’Exposition, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Antoine Estève (étudiant en Master 2 Projets Culturels dans l’Espace Public, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) proposent deux analyses de ces œuvres (voir documents joints).

Site de Tania Mouraud

Lire un compte rendu de l’exposition

  • JPEG - 75.9 ko
    Lasi 2, 2010
    vidéogramme.